Jim Harrison – Dans l’attente de la vieillesse

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Je descendrai à pied jusqu’à une marina
par un jour de canicule et ne sortirai pas en mer.

J’irai au lit et me lèverai de bonne heure,
et j’aurai trop d’espèces dans mon portefeuille.

Pour la journée du souvenir j’irai m’incliner sur les tombes
de tous ceux qui sont morts en héros dans mes romans.

Si d’aventure je suis célèbre je porterai un uniforme vert
de concierge et je ramerai dans un bateau en bois.

D’un anneau à ma ceinture pendront
trente-trois clefs qui n’ouvrent pas les portes.

Peut-être emmènerai-je tous mes petits-enfants à
Disneyland en camping-car, mais peut-être pas tout de même

Un jour debout dans une rivière avec mon lancer léger
j’aurai le courage d’accepter mon existence.

Dans l’unique pièce d’une cabane la nuit, je confierai
photos et toute tentative de souvenir au feu.

Et vous mes amours, pour aussi peu qu’il y en ait eu,
étendons-nous faussement…

Voir l’article original 230 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s